Tribune libre : l’ESS, un levier d’embauche grandissant

Tribune libre : l’ESS, un levier d’embauche grandissant

Le Jeudi 8 Février 2018 voyait une étude (que vous pouvez retrouver ici) de l’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques (INSEE) paraître sur l’Économie Sociale et Solidaire. En effet en fin 2014, l’ESS représentait 14,3% de l’emploi salarié en Bretagne.

Avant tout l’ESS c’est quoi ?

L’Économie Sociale et Solidaire (ESS) désigne l’ensemble des structures organisées sous forme de coopératives, mutuelles, associations, fondations dont les actions et projets sont fondés sur un principe de solidarité et d’utilité sociale selon le Centre de Documentation Économie-Finances (CEDEF).

La Bretagne, terre d’ancrage de l’ESS

En moyenne dans les régions françaises 57% des emplois de l’ESS sont concentrés dans les secteurs de l’action sociale, l’industrie, l’agroalimentaire, le commerce de gros et l’enseignement. L’enseignement privé étant beaucoup présent en Bretagne, il permet un gain de salariés dans les métiers de l’ESS étant donné que ces structures sont sous statut associatif. De plus étant donné que le secteur agroalimentaire est en partie organisé en coopératives il permet à la Bretagne de se différencier des autres régions.

Où en est-on aujourd’hui en France ?

L’ESS semble être en constante évolution et regrouperait 220 000 établissements ainsi que 2,4 millions de salariés. Cela représenterait pas moins de 14% de l’emploi privé en France. Mais pas seulement. L’ESS représente 60% des emplois dans le social. Mais également 57% dans les sports et loisirs et 30% des emplois dans le secteur des banques et assurances. Ces chiffres nous montrent bien l’importance et le poids de l’ESS dans ces divers domaines.

Quelles perspectives ?

En expansion constante depuis les années 2000, les métiers de l’ESS ne semblent pas prêts de s’éteindre. D’ici 2025 environ 700 000 personnes devraient intégrer les métiers de l’ESS. Ainsi, même si une vague de retraites est à prévoir sur les prochaines années, l’ESS ne devrait pas avoir de soucis à se faire. Inspiré de la French Tech, le French Impact se place comme un moteur prometteur et encourageant de l’ESS. Il a notamment pour but de valoriser l’innovation sociale et ses acteurs pour élargir le champ des possibles. Il est donc clair que l’intérêt général concernant l’ESS est croissant. D’ailleurs ce French Impact paraît intimement lié avec la French Tech puisque les jeunes PME et start-ups semblent se positionner en faveur de l’Économie Sociale et Solidaire.

 

Bastien pour l’équipe 123Liestra

© 2018-05-03

Retour au Blog